fbpx

Le Syndrome de l’intestin Irritable, noté aussi SII, devient un véritable phénomène de mode. Mais qu’en est-il réellement ? En effet, j’entends trop souvent, « j’ai été diagnostiqué SII », ce qui ressemble à un cri d’espoir ou plutôt de désespoir car enfin : « je sais ce que j’ai, mais … »

D’une maladie bégnine, avec une connotation psychologique, elle se transforme en solution passe-partout. Faire le point devient indispensable car nous allons parler bien sûr d’intestin et de douleurs, mais aussi de perméabilité, ou comme les anglo-saxons le disent de fuite.

Qu’est-ce qu’un syndrome ?

Mais avant, nous devons répondre simplement à la question suivante : qu’est-ce qu’un syndrome ?

Au niveau médical, le syndrome est un ensemble de symptômes dont le regroupement doit permettre un diagnostic.

Dans le cas du SII, le syndrome est assez vague, malheureusement, car il n’est pas relié au disfonctionnement d’un organe particulier. Les symptômes sont donc nombreux, peu évocateurs. Dés l’absence de diagnostic précis possible, la tendance facile est un classement en tant que SII . Nous observons alors un flou concernant la thérapie, car aucune cible n’est définie clairement.

Définition du Syndrome de l’Intestin Irritable

Les autres noms utilisés pour le SII sont la colopathie fonctionnelle et le côlon irritable. Ce dernier terme n’est plus employé car il implique une réduction à une problématique du côlon uniquement, ce qui n’est pas le cas.

Pour comprendre le SII, il est nécessaire de connaitre le fonctionnement du système digestif

Schéma des différents organes de la digestion

Le SII est un trouble global du tube digestif qui provoque des douleurs abdominales, une constipation ou une diarrhée. Donc, il faut reconnaitre que, dans ce cas, l’ensemble de la population, à un moment ou un autre, aura un Syndrome de l’Intestin Irritable.

Jusqu’à présent, le SII était considéré comme bénin, parfois même comme une maladie psychosomatique. Une modification de l’alimentation avec en plus quelques médicaments soulageaient suffisamment.

Cependant aujourd’hui, nous enregistrons deux phénomènes. D’un côté, les cas SII semblent en augmentation et de l’autre, le caractère bénin se transforme en chronique ou permanent.

Les plus récentes études montrent que dans la moitié des cas environ, l’intestin grêle, qui est au centre et en orange sur la photo, devient perméable comme une passoire. Sa paroi, la muqueuse intestinale, laisse alors passer des substances étrangères dans notre circulation :

  • Des nutriments qui ne sont pas dégradés suffisamment;
  • Des agents infectieux, comme les bactéries ou les virus;
  • Des toxines…

Cette fuite vers notre intérieur a plusieurs conséquences. En premier, elle provoque une réaction inflammatoire au niveau de notre intestin. Elle déclenchera aussi une réponse immunitaire inappropriée. Elle peut aussi nous apporter des carences en raison d’une mauvaise absorption au niveau intestinale.

Ces 3 conséquences auront forcément des répercutions dans tous notre corps. Ainsi l’absorption des sels minéraux qui se fait essentiellement dans l’intestin grêle, peut entrainer un manque de magnésium qui lui même entrainera une grande fatigue.

Les symptômes dans le SII

La grande variété des symptômes montre la complexité de ce syndrome :

Les symptômes non digestifs

  • Les insomnies;
  • La fatigue excessive;
  • Les maux de tête ;
  • Les problèmes articulaires;
  • Les problèmes dermatologiques;

Les symptômes digestifs

  • Les ballonnements;
  • La production excessive de gaz;
  • L’apparition d’intolérance à certains aliments;
  • Les diarrhées;
  • La maladie cœliaque;
  • Les MICI

Un rapport avec d’autres maladies

Dans certains cas, le SII est rattaché à d’autres maladies :

  • La dépression;
  • La fibromyalgie;
  • Les maladies auto-immune comme l’’arthrite rhumatoïde;

La liste n’est pas exhaustive. Par ailleurs à ce jour, aucun test ne permet de diagnostiquer spécifiquement ce syndrome.

Tester pour faire un diagnostic précis des différents troubles de la digestion

Les causes du Syndrome de l’Intestin Irritable

Les principales causes du SII

Les chercheurs ont identifié les principaux agresseurs de notre paroi intestinale :

  • L’alimentation avec en priorité le gluten et son action sur la zonuline;
  • La dysbiose intestinale. Les mauvaises bactéries produisent des toxines inflammatoires, les LPS (lipopolysaccharides) qui vont accentuer la perméabilité;
  • Les parasites, comme le ténia, les ascaris… On constate une augmentation de ces cas dû, on suppose, à la présence plus proche de nos animaux de compagnie;
  • Les médicaments avec en premiers les AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens) et le plus connu l‘ibuprofène. Mais il y en a d’autres : des corticostéroïdes, des laxatifs…
  • Le sport à trop haute dose. En augmentant le débit sanguin vers les muscles, on prive d’autres cellules de notre corps d’apport d’oxygène. Une marche de 1h00 autour de chez soit n’est pas considéré comme du sport intensif
  • Les carences avec principalement : la glutamine (un acide aminé essentiel pour les cellules intestinales) le zinc (essentiel dans la division cellulaire, phénomène important de nos intestins), et aussi en particulier la vitamine D, le fer et les oméga 3

Le cas particulier de l’intestin perméable

L’intestin perméable est très compliqué tout en étant très simple.

En effet, notre intestin n’est constitué que d’une seule couche de cellules collées les unes aux autres. Son épaisseur n’est donc que de quelques microns et cette finesse est liée à sa fonction se devoir capter les nutriments nécessaires au bon fonctionnement de notre organisme. Ce filtre, très efficace mais très fragile aussi, se protège avec un mucus.

Quand l’équilibre est rompu par les différentes causes que nous venons de voir, les cellules ne sont plus jointes et laissent passer dans l’organisme des germes infectieux, des morceaux de nutriments… et tout cela nous rend malade avec les insomnies, les ballonnements…

Aujourd’hui, certains chercheurs émettent l’hypothèse que la plupart de nos maladies seraient liées à l’intestin perméable (allergies, asthme, Alzheimer, maladies chroniques, maladies inflammatoires…)

La perméabilité intestinale est prouvée. En l’an 2000 le Dr Alessio Fasano, de l’Université du Maryland a fait une découverte déterminante : il a identifié la substance physiologique qui contrôle directement les jonctions serrées dans la paroi intestinale (l’espace entre les différentes cellules). Son nom, la zonuline. Elle est produite par les cellules de l’intestin en cas d’attaque et quand il y en a trop, les jonctions se désolidarisent, avec formation de trous entre les cellules.

Ce phénomène normal permet de laisser passer quelques germes pour les combattre efficacement.

Le problème est notre alimentation qui produit trop de déclencheurs de zonuline : gluten, antibiotiques, trop grande utilisation des désinfectants, caséine, alcool, sucre… La liste est longue, mais stopper ou au moins diminuer ces polluants est la première démarche

Que faire en cas de SII ?

Malheureusement, comme nous venons de le voir, aucun médicament ni plante ne peuvent répondre à cette question. Il faut prendre les symptômes, et l’ensemble des troubles pour les traiter de manière globale :

  • Faire le point de l’alimentation,
  • Eliminer les agresseurs de la paroi intestinale,
  • Utiliser des compléments alimentaires pour restaurer,
  • Diminuer les inflammations avec des plantes,

Pour arriver à un résultat concluant, je vous propose ma méthode pas à pas car votre SII s’est installé insidieusement au fil des années.